France-Culture, années 80, le samedi soir, vers 22 heures, une émission qui s'appelait La Fugue du samedi. Plus tard c'est devenu Les Papous dans la tête.

Dans cette émission, une des rubriques consistait à poser des questions à des écrivains. Questions plus ou moins saugrenues il faut dire, mais bien dans l'esprit de l'émission.

Voici celles qui ont été posées à Roland TOPOR au cours d'une des émissions diffusée à cette époque. Je les ai retrouvées dans un des numéros du Fou parle. Rien ne vous interdit d'essayer d'y répondre à votre tour…


1 ) : As-tu déjà rencontré les limites de ton intelligence ? A quoi ressemblent-elles ?

2 ) : Imagines-tu un système pénitentiaire satisfaisant ?

3 ) : Chien ou chat ?

4 ) : Conserves-tu pour les soirées d'hiver une solution de derrière les fagots en ce qui concerne l'immortalité ?

5 ) : Peut-on croire en Dieu et être ton ami ?

6 ) : Te trouves-tu beau ?

7 ) : Jusqu'à quel point va ton dégoût de toi-même ?

8 ) : Peux-tu me montrer ce qu'il y a dans ton portefeuille ?

9 ) : Puisque le monde a peu de chances d'être parfait, pourquoi s'attacher à modifier les imperfections de l'heure au lieu de s'en accommoder ?

10 ) : Gardes-tu un peu de sympathie pour une quelconque tyrannie ? Laquelle ?

11 ) : Imagines-tu systématiquement toutes les jolies femmes qu tu rencontres sans leurs vêtements ?

12 ) : Un grand écrivain peut-il être salaud ? Des noms ?

13 ) : As-tu la larme facile ? Au cinéma ? A la télé ?

14 ) : Puisque la guerre est la continuation de la politique par d'autres moyens, de quoi la politique est-elle le prolongement ?

15 ) : Un jeune homme a tête de cheval rentre chez lui et s'aperçoit que sa mère est en train de faire cuire le sexe de son père, coupé en morceaux sur le tapis, imagines-tu la suite ?

16 ) : Peux-tu me prêter cent francs ?

17 ) : T'adresses-tu la parole à voix haute quand tu es seul ?

18 ) : Mer ou montagne ? Bleu ou à point ?

19 ) : As-tu la conviction de conserver consciemment ou inconsciemment les traces de chaque jour vécu ?

20 ) : Quel est pour toi le comble de la misère ? Est-ce qu'on va boire quelque chose après ?