Non, c'est pas de la pomme, c'est de la mirabelle. Ce matin aux aurores opération distillation. Enfin moi j'ai fait que regarder et donner un coup de main pour la manutention des tonneaux.

J'ai donc assisté aux préparatifs : la mise en chauffe, le remplissage avec les fruits qui fermentent depuis le mois d'août, le remplissage du refroidisseur; etc, etc. 

Au bout d'une petite heure, première coulée. On jette le pemier verre. Je sais pas si c'est utile vraiment , mais ça fait partie de la tradition je pense. Et la matinée se passe entre remplissage de l'alambic avec les fruits, contrôle des degrés, recharge en bois de chauffe et surtout parlote avec tous ceux qui passent voir comment ça va, si elle est chargée, si elle rend bien, etc , etc... De la distillation comme lien social !

Dans l'après-midi, on remet ce qui a coulé la première fois dans l'alambic et on recommence. Ça va un peu plus vite mais ce qui sort a le double de teneur en alcool (jusqu'à 80°...) Tout cela va reposer pendant environ 1 mois (il faut qu'il pleuve au moins une fois...) et après on ajuste avec de l'eau pour arriver à un produit fini de 51°. Sachant que le copain n'a le droit de "fabriquer" que 1000° (déclarés auprès du service des Douanes) et 1000° qui "appartiennent" à sa mère et qui s'arrêteront à la disparition de cette dernière.

Capture d’écran 2019-02-26 à 19