deloin

vendredi 3 mai 2019

Vide-greniers

Vous connaissez sans doute ce genre de manifestations, plutôt rurales et dominicales, qui commencent à refleurir dès que mois de mai pointe son nez.

Suite au décès de la mère de Chèrétendre, il faut vider la maison du maximum de ce qu'elle contient afin de pouvoir la mettre en vente le plus rapidement possible. J'avais envisagé de faire appel à Emma-Us, mais avec le temps ces derniers sont devenus un peu sélectifs et ne prenent pas tout. En gros ils nous laissent "la merde invendable" dixit le gentil monsieur qui est venu ... Je pense qu'on va quand même leur donner les meubles après que chaque membre de la famille aura fait son marché.

Deuxième solution, faire appel à un "débarasseur". Le contrat : vous prenez tout jusqu'à la moindre étagère, la maison doit être comme au jour de l'emménagement, vide. Pas facile à trouver. 

Ces deux solutions étant gratuites et ne rapportent rien, que le soulagement de voir tout partir... mais c'est déjà beaucoup...

Dans l'attente les Fruitsdemesentrailles ont proposé le vide-grenier. C'est moins rapide mais ça rapporte un peu....

Et voilà, la remorque et la voitures sont chargées à bloc et dimanche on joue à la marchande....

On annonce pas un temps superbe, mais pas de pluie.

Je vous raconterai tout ça prochainement...

 

 

Posté par deloin à 14:32 - Commentaires [0] - Permalien [#]


mardi 16 avril 2019

Front Page World

Afrique du Sud

Allemagne

Allemagne2

Arabie Saoudite

 

Argentina

Autriche

Belgique

Brésil

 

 

 

 

 

 

 

Brésil2

Canada

Canada2

Chili

 

 

Colombie

Croatie

Danemark

 

Espagne

France

France2

Grèce

Iceland

 

Inde

Ireland

Israel

Italie

 

 

Koweit

Liban

Luxembourg

 

 

Mexique

Mexique2

Nicaragua

Panama

Pays-Bas

 

 

 

Pérou

République Tchèque

Russie

Suède

 

Suisse

 

Taïwan

Uruguay

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par deloin à 22:05 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Front Page USA

Alabama

Alaska

Arizona

Arkansas

California

Colorado

Connecticut

Delaware

District of Columbia

Forida

Georgia

Hawaii

Idaho

Illinois

Indiana

Iowa

Kansas

Louisiana

Maine

Maryland

Massachusset

Michigan

Minnesota

Mississipi

Missouri

Montana

Nebraska

Nevada

New-Hampshire

New-Mexico

New-York

North-Carolina

North-Dakota

Oklahoma

Oregon

Pennsylvania

Rhodes-Island

South-Carolina

Ohio

South-Dakota

Tennessee

Texas

Utah

Vermont

Virginia

Washington

West-Virginia

Wisconsin

Wyoming

New-Jersey

Posté par deloin à 20:13 - Commentaires [0] - Permalien [#]

mercredi 10 avril 2019

Aïe, mon dos

L'autre jour, à la médiathèque, j'ai surpris le regard mi-inquiet mi-amusé de la bibliothécaire. Il faut dire que j'étais à moitié accroupi, presque couché dans une allée à la recherche d'un bouquin. Pourquoi les livres sont-ils rangés aussi bas ? Pour peu qu'on ait oublié ses lunettes c'est l'enfer. En plus pour éviter de me relever à chaque fois, je fais toute la longueur de l'allée presque à plat ventre pour examiner les rayons du bas puis je remonte sur mes pieds et je recommence dans l'allée d'à côté.

Il est assez rare que j'aille à la médiathèque pour une raison très précise. L'ouvrage que je veux n'y est jamais ou très rarement disponible et même quand je le pré-réserve via le net, il arrive qu'il ne soit plus ou pas là.

Non, ce que j'aime c'est y aller à l'instinct. Je fouille, je cherche. Je peux aussi bien être attiré par une couleur que par un graphisme ou une police d'écriture sur la couverture. Je fais des découvertes. Je lis la première page puis une autre au hasard. Si je suis séduit, je prends.

La médiathèque est informatisée et je pourrai depuis chez moi faire toutes ces recherches. Mais je trouve que ça fait perdre un peu de son charme à la visite...

mediatheque

Posté par deloin à 11:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]

lundi 1 avril 2019

6 mois

Et oui, aujourd'hui ça fait 6 mois que je suis en retraite. J'ai l'impression que j'ai jamais bossé de ma vie... J'ai tout oublié ou presque de ma vie d'avant. C'est surprenant (pour moi) la vitesse à laquelle j'ai décroché. Avant d'arrêter, je craignais un peu, mais aujourd'hui pfffttt, plus rien. Certain disent que la première année c'est normal, c'est comme ça que ça se passe mais que c'est après que c'est dur. Bof, à voir. On en reparlera dasn un an si tout va bien.

retraite

Posté par deloin à 16:06 - Commentaires [1] - Permalien [#]


samedi 30 mars 2019

Médoc

Eric Holder est décédé il y a peu de temps. Je connaissais un peu son oeuvre via les films tirés de ses romans ou via ceux que j'avais lu. 

A la médiathèque je suis tombé, un peu par hasard sur son roman "La saison des Bijoux" que je ne connaissais pas.

Il date de 2015. J'ai été attiré par le lieu où se passe l'action et par le contexte.

Le lieu donc. Nous avons passé nos vacances d'été en famille pendant presque 10 ans dans le Médoc, qaund les filles étaient petites. C'est une région que j'affectionne tout particulièrement. Bien sûr, en juillet-août, mais aussi à d'autres moments de l'année. Vacances de printemps ou d'automne. J'adore cette région et l'atmosphère qui y règne quand il n'y a pas la cohue des vacanciers. En hiver particulièrement. Tout est fermé. Le village principal vivote tranquille, mais du côté de "l'extention" vers le littoral, c'est mort.

En été c'était camping et vie dehors. En hiver on louait un appartement dans la rue principale (en gros celle qui va à l'océan). On est seul ou presque. Prévoir une location avec chauffage quand même, car quand ça souffle, ça souffle. On voit passer des boules de branches comme dans un western.... Toutes les boutiques sont closes. Quelques surfeurs viennent braver les flots impétueux.

Le contexte. Le roman se déroule dans le milieu des camelots, ceux qui font les marchés l'été. Dans ma jeunesse j'ai été aussi camelot. Au début (j'avais 14 ans) pour gagner un peu d'argent de poche, puis ensuite régulièrement tous les samedis et dimanches et pendant les vacances. J'ai vendu des bonbons puis des vêtements.  Il s'en est fallu d'un cheveux que je n'arrête la fac pour aller m'installer à mon compte comme commerçant itinérant... 

J'ai retrouvé l'ambiance de cette époque dans le roman d'Holder. Les bisbilles pour avoir le meilleur emplacement, les jalousies entre vendeurs des mêmes produits, etc mais aussi la grande fraternité qui existe réellement entre forains...

Quatrième de couverture :  "Faire une saison », c’est l’idée que Jeanne et Bruno se sont mise en tête : quitter les monts du Lyonnais pour aller planter parasols et tréteaux au grand vent de l’Atlantique, sur la place du village balnéaire de Carri, à la lisière des dunes. Marchands ambulants, ils forment une petite tribu que complètent Alexis, onze ans, et Virgile, soixante et un. On les appellera en toute simplicité les Bijoux, ils disposeront d’une poignée de mètres carrés au soleil et seront adoubés par des confrères nommés Nanou Primeurs, Fromage ou Château-Migraine le bougnat. Et puis il y a Forgeaud, le boss du marché, protecteur incontournable et despote au passé obscur, Forgeaud qui, frappé par la beauté de Jeanne, en perd le souffle et se promet de la posséder avant la fin de l’été.

Plus que jamais dans son élément, Éric Holder s’empare de cette saison mouvementée au goût de sel, prétexte à un exercice virtuose de portraitiste, à des scènes et tableaux qui réservent un régal de lecture. Mais surtout, cette chronique délicate et amoureuse rend hommage à une société, à la fois marginale et populaire, dont la littérature parle rarement.

Salut l'artiste.

erichoder

Posté par deloin à 18:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

vendredi 29 mars 2019

Home, sweet home

J'habite dans 2 communes. Une des deux communes compte pas loin de 10000 habitants tout à côté de la capitale régionale. L'autre à peine 100 habitants dans le nord-ouest du département voisin. Les techniciens géographo-statistico-démographes appellent cette région la diagonale du vide... En politiquement correct, on dit : "diagonale des faibles densités". Les deux communes sont distantes d'environ 100 kilomètres l'une de l'autre.

J'aime bien le contraste entre les deux lieux. Dans l'un j'ai l'arrêt du bus sous mes fenêtres qui me relie à la grande ville et ses attraits. Dans l'autre j'ai une pâture avec 2 chevaux et je ne vois passer que les tracteurs des paysans voisins.

A chaque fois que j'arrive dans un des deux endroits je suis super heureux. Il n'y a pas de préférence, juste le plaisir du changement, quand je le souhaite.

Ce matin j'ai reçu un courrier des services des impôts me demandant de préciser quelle adresse était ma résidence principale. Pour la taxe d'habitation.

Depuis une vingtaine d'années, j'ai bénéficié de ce qu'on appelle un "logement de fonction par nécessité absolue de service". C'est celui-là qui était ma résidence principale, par obligation et dans la mesure où j'y passais au moins la moitié de l'année plus un jour.... Donc quand je voulais faire des travaux chez moi, je ne bénéficiais d'aucun avantage fiscal, puisque résidence secondaire... Voire je payais un peu plus d'impôts pour cette même raison. Bien sûr j'étais logé, mais je devais déclarer la valeur locative du logement de fonction dans ma déclaration d'impôts et habiter dans une cour de collège ça n'a pas que des avantages, croyez-moi.

Maintenant, il faut choisir. Chèrétendre qui bosse encore occupe le logement à la ville en semaine et vient me rejoindre les week-end et vacances. Moi la maison à la campagne en fonction de mes envies. J'ai appelé les services fiscaux. Il faut absolument définir une résidence principale. Et comme nous sommes mariés, il n'est pas possible d'avoir chacun la sienne.

Je pense que c'est la campagne qui va gagner. 

homesweethome

Posté par deloin à 18:08 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mercredi 27 mars 2019

Procrastination

Ouh la la ! Plein de choses à faire et pas une grosse motivation.

Il faut finir de peindre la pièce du haut. J'aurai jamais du m'arrêter. J'ai du mal à reprendre. Rien que de voir les rouleaux dans le seau ça me coupe les pattes.

Ensuite tout remettre les meubles du bas en haut et ceux du haut en bas.

Passer le motoculteur dans le jardin. Bon, y a du soleil mais un petit vent frais me refroidit dans tous les sens du terme.

Faire le ménage dans la maison. Ça ira encore comme ça jusqu'à demain, non ? Bon OK un p'tit coup de balai.

Ce que je fais de mes journées ? Tout et rien. Mais beaucoup plus de rien que de tout. Enfin, je vais sur le net lire des journaux, voir des articles, me promener sur G..gle Earth, visiter des blogs. Je bouquine un peu. Je bricole un peu.

Bon promis dès demain je passe à l'action. Avant la fin de la semaine j'ai rattrappé mon retard.

demain

Posté par deloin à 16:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

lundi 18 mars 2019

Il pleut, si on allait au cinoche...

L'autre jour, j'avais quitté ma campagne de retraité pour un bref séjour à la ville. Et comme il faisait vraiment mauvais temps, j'y suis resté un peu plus longtemps. D'un coup m'est venue l'idée saugrenue d'aller au cinoche.

Un p'tit coup d'bus, un p'tit coup d'tram et m'y voilà.

J'avais entendu la veille à la radio Yolande Moreau. Yolande, je l'aime. Elle parlait du dernier film dans lequel elle apparaît : Rebelles. Elle parlait surtout des femmes, de leur place dans la société, de metoo, de tout ça quoi...

Du coup, je suis entré dans le ciné pour voir Yolande et Rebelles.

J'ai passé un excellent moment. Bien sûr, c'est pas du Schopenhauer, mais par les temps qui courrent c'est assez jouissif.

La salle était correctement remplie (ça m'a étonné). Bon le résumé du film est un peu partout sur le net, je vous le fais pas. 

Ce qu'il y a de bien avec les 3 copines en question, c'est qu'elles osent tout. Et vraiment ça fait du bien. Dans le genre Tatas flingueuses mâtinées d'un brin de Kill Bill...

Y'a suffisamment de suspense et de rebondissements pour être tenu jusqu'au bout. J'ai pas vu le temps défiler et franchement j'ai passé un très bon moment (j'l'ai déjà dit ça). et j'ai vu Yolande... (les 2 autres sont pas mal non plus, soyons juste).

rebelles

Posté par deloin à 17:14 - Commentaires [1] - Permalien [#]

mardi 26 février 2019

Y'aurai pas de la pomme ?

Non, c'est pas de la pomme, c'est de la mirabelle. Ce matin aux aurores opération distillation. Enfin moi j'ai fait que regarder et donner un coup de main pour la manutention des tonneaux.

J'ai donc assisté aux préparatifs : la mise en chauffe, le remplissage avec les fruits qui fermentent depuis le mois d'août, le remplissage du refroidisseur; etc, etc. 

Au bout d'une petite heure, première coulée. On jette le pemier verre. Je sais pas si c'est utile vraiment , mais ça fait partie de la tradition je pense. Et la matinée se passe entre remplissage de l'alambic avec les fruits, contrôle des degrés, recharge en bois de chauffe et surtout parlote avec tous ceux qui passent voir comment ça va, si elle est chargée, si elle rend bien, etc , etc... De la distillation comme lien social !

Dans l'après-midi, on remet ce qui a coulé la première fois dans l'alambic et on recommence. Ça va un peu plus vite mais ce qui sort a le double de teneur en alcool (jusqu'à 80°...) Tout cela va reposer pendant environ 1 mois (il faut qu'il pleuve au moins une fois...) et après on ajuste avec de l'eau pour arriver à un produit fini de 51°. Sachant que le copain n'a le droit de "fabriquer" que 1000° (déclarés auprès du service des Douanes) et 1000° qui "appartiennent" à sa mère et qui s'arrêteront à la disparition de cette dernière.

Capture d’écran 2019-02-26 à 19

 

 

 

Posté par deloin à 19:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]